On est pas sérieux quand on a 17 ans

Publié le par Colomba Colomba

Barbara Samson ....

Le 7 avril 1994, à l'ouverture de la soirée "SIDACTION", Barbara SAMSON bouleversait des millions de téléspectateurs : contaminée par le virus du SIDA lors de sa première histoire d'amour à 17 ans, Barbara raconte dans ce livre les doutes, les espoirs, mais aussi la crédulité qui l'ont conduite à être la victime d'un homme irresponsable. Pour les centaines de jeunes qui connaissent les mêmes élans et les mêmes interrogations, Barbara a décidé de se battre. Son témoignage d'une sincérité et simplicité exemplaires est un appel à la vie, pour que l'amour ne soit plus jamais porteur de mort.

C'est le 30 novembre 1993 qu'elle a le déclic et elle décide de parler de sa maladie dans les lycées et les universités, afin de montrer qu'en très peu de temps, on peut gâcher sa vie si on ne fait pas attention à ses actes. Elle a aussi eu l'honneur d'ouvrir l'émission "SIDACTION" où elle a fait part de son histoire au public, en terminant son témoignage par une phrase très émouvante : " Ce fut ma première et ma dernière grande histoire d'amour." Silence. La salle reste bouche bé face à cette histoire si poignante, avant d'applaudir.

Le livre de Barbara SAMSON ne laisse personne indifférent car après lecture, nous remettons facilement en cause l'amour et tout ce qu'il peut engendrer. N'oubliez pas que l'amour est l'une des chose qui fait vivre, mais qu'elle peut aussi faire mourir...

 

 

On est pas sérieux quand on a 17 ans : Barbara Samson

 

Elle avait dix sept ans et elle est tombée amoureuse. Elle était anorexique, paumée, elle avait le mal de la vie et elle savait plus aller. On l'a envoyé dans un centre de repos parce qu'encore une fois elle avait essayé de mourir. Cette envie de mort n'en était en fait pas une. Elle voulait juste renaître.
Et elle l'a rencontré, un garçon aussi paumé qu'elle qui prenait des poêmes de Rimbaud pour les faire passer pour les siens.
Il était plus vieux et il lui a plu.
Ils étaient un peu pareil quelque part.
L'amour est venu, le sexe aussi, mais il avait oublié un petit détail. Il était séropositif.
Elle l'a appris bien plus tard mais elle a continué à l'aimer, parce que l'amour c'est comme ça, ça s'efface pas aussi vite qu'on voudrait.
Au travers des années elle raconte son histoire, celle d'une jeune fille qui aime quelqu'un qui ne l'aime pas, puisqu'il ne s'aime pas lui même.
Il est droguée, ses amis aussi, elle essaye de l'aider mais elle ne fait que s'enfoncer plus loin dans ses tourments.
Elle avait dix sept ans quand elle est tombée amoureuse.
Dix huit quand elle a appris que ce serait son premier et dernier grand amour.
Elle allait mourir. Inexorable fin, cruelle, qu'elle attend en continuant d'aimer celui qui l'a tué parce qu'elle croit encore que c'est un poête.
Témoignage de l'adolescence, de l'amour de la mort, ce livre est un souvenir, pour ne pas oublier ce symbole: SIDA. 

Elle l'a aimé a mourrir...

*"Nous deux c'est a la vie, a la mort" elle croyait en une declaration d'amour, si elle avait su l'impact que cette phrase allait avoir sur son avenir....

*"Si tu savais que j'etais séropo, serais tu rester avec moi"

 

 

Ce soir j'ai une profonde pensée pour Barbara Samson, elle a marqué la terre, et  a laisser derrière elle une histoire au gout amer, grace a elle, a son courrage et a son témoignage je pense que certaines jeunes filles ont evités le pire ... cette histoire est terrible, emouvante, choquante, comment cet homme a pu cacher ce lourd secret a une jeune fille sans experience qui plus est, comment n'a t'il pas voulus se proteger pour proteger cette fraicheur qui sommeillait en Barbara ... c'est un criminel !

Comment certaines peuvent prendre du plaisir a en comtaminer d'autres! c'est horrible et térrifiant ! ce sont animaux ! les backroom ... c'est honteux !

Je tiens a passer a un coup de gueule ! comment avec se fléaut qu'est le SIDA et d'autres IST ( Infections Sexuellement Transmissibles anciennement MST) les préservatifs ne soient pas offert en phramacie ou en soirée ? comment le gouverment, ministère de la santé peut se voilé la face a ce point ! c'est criminel ! je suis indignée par ces personnes qui dirigent notre pays ! La France un des meilleurs systèmes de santé du monde ? faites moi rire et au niveau prévention alors ?  Pas assez d'informations dans les ecoles, pas de cours d'educations sexuelles, peu de ressources au niveau tracts, depliant, journée d'information, peu de distributeurs de capotes devant les ecoles ou discothèques ... mais surtout une chose qui semble reellement nécessaire, c'est la gratuité des preservatifs ! Heureusement  il y a un homme a remercier, c'est le combat de Christophe Dechavane, on l'aime ou pas, mais en attendant c'est grace a lui si le préservatifs etait passer a 1 Francs a l'époque ... mais aussi sur le fait qu'il conclue chacune de ses émitions par " sortez couvert" merci Mr Dechavane ...

Enfin j'ai décidé de conclure cette maj, par le poème de Rimbaud " on est pas sérieux quand on a 17 ans" ... titre donné a ce livre bouleversant, pour diverses raisons, l'age forcemment, mais aussi le fait qu'Anthony le criminel, le paumé ... l'irresponsable prenait des Poème de Rimbaud et se faisait passer pour l'auteur ....

On est pas sérieux quand on a 17 ans : Arthur Rimbaud

I
 
On n'est pas sérieux, quand on a dix-sept ans.
- Un beau soir, foin des bocks et de la limonade,
Des cafés tapageurs aux lustres éclatants !
- On va sous les tilleuls verts de la promenade.
 
Les tilleuls sentent bon dans les bons soirs de juin !
L'air est parfois si doux, qu'on ferme la paupière ;
Le vent chargé de bruits, - la ville n'est pas loin, -
A des parfums de vigne et des parfums de bière...
 
 
II
 
- Voilà qu'on aperçoit un tout petit chiffon
D'azur sombre, encadré d'une petite branche,
Piqué d'une mauvaise étoile, qui se fond
Avec de doux frissons, petite et toute blanche...
 
Nuit de juin ! Dix-sept ans ! - On se laisse griser.
La sève est du champagne et vous monte à la tête...
On divague ; on se sent aux lèvres un baiser
Qui palpite là, comme une petite bête...
 
 III
 
Le coeur fou Robinsonne à travers les romans,
- Lorsque, dans la clarté d'un pâle réverbère,
Passe une demoiselle aux petits airs charmants,
Sous l'ombre du faux-col effrayant de son père...
 
Et, comme elle vous trouve immensément naïf,
Tout en faisant trotter ses petites bottines,
Elle se tourne, alerte et d'un mouvement vif...
- Sur vos lèvres alors meurent les cavatines...
 
 IV
 
Vous êtes amoureux. Loué jusqu'au mois d'août.
Vous êtes amoureux. - Vos sonnets La font rire.
Tous vos amis s'en vont, vous êtes mauvais goût.
- Puis l'adorée, un soir, a daigné vous écrire...!
 
- Ce soir-là,... - vous rentrez aux cafés éclatants,
Vous demandez des bocks ou de la limonade...
- On n'est pas sérieux, quand on a dix-sept ans
Et qu'on a des tilleuls verts sur la promenade.

Publié dans colomba

Commenter cet article

Jennifer 25/06/2006 17:11

J'ai bientôt 17 ans et j'ai lu ce livre il y a bien 2-3 ans. Franchement, ce livre est un de mes préférés, il m'a tellement touchée que j'en avais presque les larmes aux yeux. Une histoire qui traîte un grand et important sujet, je conseille à tout le monde de lire ce livre !

honey 29/04/2006 20:45

juste un simple commentaire pour dire que ce livre m vraiment bouleversee je l ai lu de moi meme et je regrette pas j espere que bcp de monde le liront car il en vaut la peine

ange-reveuse 03/08/2005 23:04

J'ai lu ce livre de Barbara Samson pendant mes vacances.. Il m'a vraiment plus et je pense que tous les jeunes devraient le lire.
Maintenant que je suis de retour sur le net, j'aurais aimé écrire un article sur mon blog qui parle de ce livre ou qui mentionne le poême de Rimbaud duquel a été tiré le titre du livre. En cherchant ce poême sur google j'ai obtenu l'adresse de ton blog et je suis vraiment agréablement surprise par la qualité de ton article..

Si je t'écris ce commentaire c'est tout d'abord pour te dire que tu écris mais aussi car j'ai l'impresion tu l'as écris pour moi.. enfin je ne sais pas vraiment comment dire ça..après avoir lu ton article je ne pourrais pas écrire l'article que j'avais en tête sans avoir l'impression de plagier le tiens.
C'est agréable de lire les choses telles qu'on les pense et qu'on aurait pu les écrire.
Ne t'inquiète je ne compte pas faire un copier-coller du tiens lol je trouverais un autre sujet c'est tout.

Vu la dâte de ton dernier article, il y a peu de chances que tu voies mon commentaire mais bon peu importe j'aurais écris ce que je pense.

ange-reveuse